Mairie de Semens

Nous avons une fâcheuse tendance à nous gargariser de termes dont nous ne maîtrisons pas bien le contenu. Comme le disait un de mes professeurs au Collège de La Malgrange ; « je ne me paie pas de mots, je veux des faits réels, justifiés ! ». Un même mot peut avoir une connotation positive ou négative, l'Homme oscille entre le Bien et le Mal en pleine connaissance de cause, l'Enfer est pavé de bonnes intentions !

 

Solidarité (cf : https://fr.wikipedia.org/wiki/Solidarit%C3%A9_(notion) ) veut dire qu'on s'appuie sur du SOLIDE, un engagement réciproque, un contrat social par lequel tous les partenaires qui soutiennent un projet commun s'engagent à mettre tout en œuvre pour sa réussite … que ce soit pour le meilleur ou pour le pire !

 

La journée Souvenir et Partage organisée le 11 Novembre à Semens peut être considérée comme un échec puisqu'elle n'a rassemblé que peu de partenaires sur place,

alors que la journée de Solidarité Internationale organisée le 21 Novembre aux Aubiers apparaît comme une réussite puisqu'elle a été suivie par beaucoup plus de monde, … tout est une question de point de vue : un demi échec est une demie réussite … et inversement. Mon père, là-dessus, était péremptoire : « Inutile de faire les choses à moitié, ou c'est à fond ou ça ne sert à rien … il faut aller jusqu'au bout ! ». Malheureusement, les terroristes du vendredi 13 Novembre nous l'ont prouvé: ils étaient parfaitement solidaires! Et nous, sommes-nous vraiment solidaires de leurs victimes, solidaires pour la défense de nos valeurs !

 

Je me rappelle encore une bonne leçon de mon père, devant la mairie de Jarville, il m'avait demandé de lire ce qui était écrit au fronton : « Liberté Egalité Fraternité ! » « Non, tu ne sais pas lire, regarde bien ce qui est exactement écrit ! » « Liberté. Egalité. Fraternité. !» «  Voilà c'est bien ça : Liberté point Egalité point Fraternité point ! ». Ca m'a fait réfléchir ce point de vue !

 

 

Tout ça pour en revenir à mon ami Jean Massieu dont je suis totalement solidaire, je l'accepte tel qu'il est, avec ses qualités et ses défauts, j'apprends à le connaître. Il a fait valoir la cause des sourds partout dans le monde, il s'est donné à fond pour cette cause jusqu'à sa mort, il n'en a retiré que peu d'avantages, pas de médailles, pas de monuments. Les entendants l'admiraient, le respectaient … et des sourds le dénigraient, allant même jusqu'à vouloir l'éliminer. Résultat : le monde des sourds en phase de construction, d'unification, s'est fracturé, divisé, s'est réduit au silence, s'est réfugié dans des intégrismes stériles à l'image du monde des entendants. Où en est le progrès social du vivre ensemble !!!

 

Je ne me paie pas de mots, je me base sur des faits réels, justifiés, je ne juge pas, je constate à partir de documents incontestables. J'essaie de donner un sens à ce combat d'arrière garde : s'appuyer sur le passé pour construire l'avenir. Je remercie tous les partenaires qui soutiennent ce projet et j'espère en convaincre de nouveaux.

 

Je vais donc continuer mon travail de bénédictin pour redonner vie à ce personnage exceptionnel et vous le faire découvrir tel qu'il était dans son environnement, en Entre Deux Mers, à Bordeaux, à Paris, à Rodez, à Lille, sans oublier ses escapades réussies en Europe ! Il est revenu chez lui dans sa famille, sa commune, sa paroisse … il peut repartir pour d'autres cieux où des sourds ont encore besoin de lui !

 

Il a bénéficié de la solidarité familiale et paroissiale pour aller s'instruire à Bordeaux,

il a bénéficié de la solidarité des girondins chrétiens francs maçons pour monter à Paris

il a bénéficié de la solidarité des gens du Nord pour une glorieuse fin de carrière à Lille

 

Il a traversé une époque perturbée en restant fidèle à ses convictions, ses amitiés, son idéal.

Il a fréquenté les plus grands de tous les partis sans en tirer aucune gloire personnelle

 

il a subi des revers terribles, des problèmes de santé, il a été condamné sans appel par les siens mais a toujours su rebondir.

 

 

L'année Jean Massieu s'achèvera à Semens le 21 juillet 2016, comme vous le voudrez, avant de commencer à Tambacounda au Sénégal.

 

Je remercie encore chaleureusement tous les partenaires solidaires de ce projet, notamment David Lartigau, maire de Semens qui nous héberge, Serge Massieu de Gabarnac et Francis Guichard de Saint Germain des Graves, Yves Bernard mon complice et Insa Diop mon continuateur, sans oublier la contribution artistique de Nancy Rourke …

 

La participation du public sanctionnera ma prestation : si j'ai été convainquant, il y aura foule et des suites positives … sinon, Jean Massieu et moi-même, nous retournerons dormir dans les archives numériques moins poussiéreuses, avec la satisfaction du devoir accompli!

 

En attendant, je reste à l'écoute de toute critique ou suggestion.

 

 

 

Le Boudeur

 

24/11/2015 303e anniversaire de la naissance de l'abbé de l'Epée

 

 

PS : La prochaine causerie, comme convenu, sera centrée sur les origines de Semens et des Massieu, ensuite je reprendrai le cours normal de la vie de Jean Massieu en tenant compte des derniers documents originaux récupérés qui le sortent de sa légende entretenue pour je ne sais quelle raison.