Mairie de Semens

CLÔTURE de l'Année Jean Massieu , ce 2 Septembre 2016

 

Si vous êtes venus ici aujourd'hui, j'espère qu'il ne s'agit pas d'une chasse aux POKEMON, parce qu'il n'y en a pas. Par contre si vous recherchez vos racines historiques, ici elles sont profondes et s'offrent à vous !

 

Je remercie chaleureusement David Lartigau, maire de Semens, qui m'a fait confiance et a convaincu son Conseil Municipal de me donner les moyens d'animer cette année originale dans sa toute petite commune perdue entre 2 mers, mais riche d'Histoire !

J'associe également Eric Despujols qui m'a ouvert le Site de la Mairie de Semens pour l'animation de cette année, sans oublier les proches cousins Massieu de Gabarnac, représentés par André Massieu, et ceux de La Maroutine à Saint Germain des Graves, représentés par Francis Guichard à qui je dois la découverte exceptionnelle de l'autobiographie manuscrite de Jean Massieu , trouvée dans une salle des ventes par Jacques Naveaux de Lille.

Je m'excuse auprès de ma famille et de mes amis qui ont accepté de vivre plusieurs années en compagnie d'un Jean Massieu très envahissant !

 

Profitant d'un coup de Bélier, nous avons ouvert l'Année Jean Massieu le 2 septembre 2015 à Semens en rapatriant Jean Massieu chez lui, sur un petit carré de terre devant le cimetière, nous avons inauguré son cénotaphe riche en symboles  pour lui, LE sourd muet de naissance le plus célèbre du Monde, oublié par les siens, un personnage hors du commun qui a consacré dignement sa vie à la cause des sourds, sans chercher la gloire et les honneurs. Il a gouverné sa barque d'une main sûre, traversant les terribles tempêtes de ces époques révolutionnaires pour mener ses élèves prestigieux à bon port, généreux, simple et fidèle. Il fait partie des membres fondateurs et bienfaiteurs des INJS. dont il a assuré le rayonnement dans le monde entier.

 

Il ne demandait rien pour lui mais tout pour que les sourds soient considérés comme des hommes à part entière. Il fut quand même jalousé et trahi par les siens, téléguidés par des entendants opportunistes qui n'ont pas hésité à l'abattre allant même jusqu'à ressusciter un Abbé de l'Epée légendaire alors qu'il n'avait jamais eu beaucoup de considération pour les sourds … mais ceci est une autre histoire qui a eu son épilogue logique en 1880 !

 

Pour mémoire, statistiquement, un enfant sur mille est Sourd Muet de Naissance, la mutité étant la conséquence de la surdité, mais avec quelques variantes complexes : surdité prénatale ou néonatale, surdité génétique ou virale … dans une famille sourde ou entendante ou mixte … dans un milieu frustre ou évolué ...

Donc il devrait y avoir aujourd'hui 7,45 millions de SMN sur la Terre et 108,2 millions depuis les origines de l'humanité ! Très très peu ont fait parler d'eux et ont contribué à la prise en considération de leur handicap: le premier est Etienne de Fay de La Tour Maubourg à Amiens, le second et le plus célèbre, Jean Massieu, qui a eu de bons élèves fondateurs d'écoles eux aussi … Avant eux je n'en ai pas remarqués, après eux je n'en connais pas vraiment !! L'utopique Planète des sourds est un monde virtuel.

 

La seule personne sourde actuelle qui a été impressionnée par la personnalité de Jean Massieu et a eu le courage de le représenter dans ses portraits modernes est Nancy Rourke, elle a accepté d'être la marraine de cette année Jean Massieu. Je ne partage pas toutes ses idées sur la situation des sourds, mais j'ai beaucoup de respect et d'estime pour elle : elle doit faire une tournée en France l'année prochaine, nous l'accueillerons à Semens avec grand plaisir si elle veut nous rencontrer.

 

Sans oublier le seul collègue qui m'a aidé et soutenu tout au long de cette année : Yves Bernard, « l'esprit des sourds », avec sa mémoire prodigieuse et une méthode de travail qui me fait défaut, digne successeur de son père que j'ai bien connu à Paris.

 

Sans oublier aussi les défunts qui ont largement contribué à mes recherches : Raymond Henry, Christian Descorps, Marc Schoeller, Jean Paul Rodier, Marc Renard ...

 

Ma plus grande satisfaction durant cette année aura été de voir le CapSAS reprendre ses activités solidaires, locales et internationales, notamment en participant à la création de centres Jean Massieu en Afrique

 

Par discrétion, je me suis caché derrière mon double, Le Boudeur, que j'ai laissé causer à ma place. Il a fait ce qu'il a pu pour vous faire connaître et apprécier son ami Jean Massieu ainsi que son environnement magnifique, sans prétention, avec humour. Je ne sais pas s'il a réussi à vous toucher, car je n'ai pas eu beaucoup de retours , mais j'espère que son approche un peu iconoclaste vous a « interpellés » !

 

Il va céder la place à une équipe plus sérieuse pour tirer parti des tas de documents collectés pendant cette année exceptionnelle et les 5 années préparatoires. Le groupe de travail S_M_S va se constituer rapidement et vous proposera une animation trimestrielle dont les modalités vont être rapidement définies : le prochain rendez-vous est envisagé pour le 11 Novembre 2016 à la fête votive de Saint Martin de Semens

 

Nous sommes arrivés à la fin de cette année Jean Massieu, nous allons tourner la page et continuer ensemble ce qui a été entrepris.

 

 

Jean Paul COLLARD, président du CapSAS

 

 

PS Le Boudeur vexé n'a pas rempli tous ses engagements et s'est limité à 20 causeries au lieu des 24 prévues, je vous explique pourquoi et vais clore le débat :Il vous avait posé une question sur la retraite … et absolument personne n'a réagi !

Je vais y remédier pour ne pas rester sur une mauvaise impression, vous trouverez la réponse à la Salle des Fêtes , ainsi que toutes les réponses aux questions qui vous tarabustent !

 

La CapSAS,  Coopérative aquitaine pour la Solidarité Afrique Surdité
n'est pas une société secrète,
elle n'est qu'une discrète association 1901, qui a décidé de s'installer à Omet dans les locaux de la SCI « Leboudeur », sous la responsabilité de Jean Paul Collard, pour devenir une Coopérative de Services et de Ressources au profit des déficients sensoriels africains

Origines

Sans remonter au Déluge, son concept de base est né en Aquitaine au 18e siècle dans l'esprit de Montesquieu pour qui les Hommes naissent libres et égaux en droits (et en devoirs!), même s'ils sont juifs, noirs ou sourds-muets (certains peuvent cumuler!). La mise en œuvre de ce principe posait quelques problèmes avec les sourds-muets de naissance dont la déficience auditive originelle entraîne un fort handicap social de communication qui rend leur intégration difficile, mais pas impossible si on s'en donne les moyens ! Un véritable  DEFI !

Dépistage et soins adaptés si possible

Education à l'origine en établissements spécialisés … maintenant en intégration

Formation des intervenants

Insertion dans la vie normale et le « vivre ensemble »

C'est le point de départ d'une longue histoire qui démarre à Bordeaux autour de 1740 avec Jacob Rodrigues Pereire, juif portugais émigré, dont la méthode obtient des résultats significatifs. Puis il faudra attendre 1785, l'intervention conjuguée de la Doctrine Chrétienne et de la Franc Maçonnerie du Musée de Bordeaux, sous l'impulsion de Monseigneur Champion de Cicé qui obtient du roi Louis XVI, l'Edit fondateur de l'Institution des Sourds et Muets de Paris créée par l'Abbé de l'Epée et de l'Ecole des Sourds et Muets de Bordeaux en gestation avec l'Abbé Sicard et Jean de Saint Sernin.

Cette école aura un retentissement mondial exceptionnel grâce à la personnalité de Jean Massieu, LE sourd muet né à Semens en 1772 qui deviendra un modèle de réussite : premier répétiteur sourd en 1790. Le tandem Sicard_Massieu prendra la direction de l'Institution des Sourds et Muets de Paris à la mort de l'Abbé de l'Epée, avec le soutien de la Loge des Neuf Sœurs dont La Fayette ! La jeune République naissante officialisera tout cela et depuis cette époque, tous les gouvernements successifs ont pris en charge ce grand œuvre et favorisé son expansion internationale.


Réalisations en cours

 

La CapSAS ne fait que perpétuer cette tradition pour en faire bénéficier les déficients sensoriels africains qui en ont le plus besoin. Pour ce faire, elle anime le « Réseau S@S, Solidarité active Services », constitué d'organismes spécialisés internationaux et « l'Amicale des Solidaires du Boudeur », des bénévoles motivés qui ne comptent pas leurs investissements, toujours à la recherche de RAB,  « retraités actifs bénévoles »,  pour assurer la maintenance des services et des ressources.