Mairie de Semens

Causerie 6 L'école des Sourds Muets de Bordeaux 1785_1789

 

Ecrire l'histoire de cette école relève de la gageure, il faudrait la plume d'Alexandre Dumas pour rendre le récit truculent et picaresque, avec ses protagonistes hauts en couleurs, à une époque terrible où tout va basculer:

 

le machiavélique Champion de Cicé , dans la ligne du cardinal de Richelieu, avec sa troupe du Musée de Bordeaux,

le sémillant Abbé Sicard, opportuniste notoire

le sage Lafon de Ladébat, ami sincère

le généreux Saint Sernin, sous-traitant

le sourd Jean Massieu, cadet de Gascogne, justicier à la pointe de l'épée

le franc tireur Monbalon, fin politicien

et en statue du Commandeur, l'abbé de l'Epée

avec le concours de la Doctrine Chrétienne à la place des Jésuites, le soutien occulte des 9 Soeurs, la caution des savants, la publicité des journalistes, l'engagement des artistes, la complaisance des femmes girondines et l'engouement du public pour les jeux de cirque.

Je vais donc me borner à vous présenter le témoignage du principal intéressé et le compte rendu de la journée mémorable du 12 septembre 1789 pour vous donner une idée de la situation..

 

Rapport officiel de Jean de Saint Sernin

 

«  Au commencement de l'année 1785, Cicé, ci devant archevêque de Bordeaux, conçut le projet de fonder une école des sourds et muets dans cette ville ; il envoya à Paris le citoyen Sicard apprendre du célèbre abbé de l'Epée la méthode de les instruire ; de retour au mois d'octobre de la même année, une lettre circulaire fut envoyée à tous les curés du diocèse et bientôt un certain nombre de ces infortunés fut annoncé.

L'archevêque chargea deux de ses vicaires généraux d'Antrezel et Thiery de concerter avec le citoyen Sicard le moyen de recevoir ces élèves ; j'exerçais alors le métier d'écrivain et je tenais une classe et une pension sur les Fossés de la Maison Commune. J'étais très connu du citoyen Sicard, je lui dis que je voulais coopérer à cette bonne œuvre en me chargeant d'apprendre gratuitement ses élèves à écrire, pour cet effet, il fallait que j'apprisse les signes de l'alphabet manuel base fondamentale de cette instruction.

Il s'agissait de trouver un local, La Borde, ci devant curé de Saint Seurin offrit sa maison à côté du presbytère moyennant un loyer. Il fallait quelqu'un pour soigner les élèves. Sicard et les vicaires généraux jetèrent les yeux sur moi et m'engagèrent par les promesses les plus avantageuses de me charger de ce dépôt . Cicé était alors à Paris, Sicard et les vicaires généraux m'invitèrent à payer le loyer de 3 mois en attendant le retour de l'archevêque. J'y entrais le 1 décembre 1785. Cette maison n'étant pas assez commode, on prit 6 mois après, celle du citoyen Fergade rue Capdeville. Je fus de nouveau invité à faire les avances du loyer et j'en payais encore 6 mois jusqu'au 1/12/86. ces 900F de loyer constatés par les reçus ne m'ont jamais été remboursés. Au retour de l'archevêque, je lui en fis la demande, il me dit que bientôt le gouvernement allait se charger de cette institution.

L'hiver de 85_86 se passa avec un seul élève de Casteljaloux dont la pension était payée par ses parents et quelques externes de la ville et de la banlieue de Bordeaux dont l'instruction était gratuite. Je n'avais plus ni écolier ni pensionnaire et je n'avais pour nourrir et entretenir ma famille que le fruit des épargnes de l'état que je venais de perdre. Quelques élèves arrivèrent de la campagne, en attendant je les nourrissais et leur fournissais tout nécessaire. Cet établissement aurait indubitablement fini en même temps qu'il commença , s'il ne s'y eut trouvé des sociétés et des personnes philanthropiques qui se chargeraient de payer les pensions de ces élèves.

On me fit consentir pour essai d'une année de prendre les élèves de la classe indigente à raison de 312F de pension, sur quoi je fus obligé de les nourrir de les blanchir et de payer les domestiques pour les soigner. L'archevêque promit de donner une rente à l'établissement, mais j'ai vu les années s'écouler sans que les élèves n'eurent d'autres couchers que celui que je leur ai fourni et que j'achetais à mesure que le nombre augmentait. Suivant le règlement chaque élève devait porter deux paires de draps de lit, mais les plus pauvres n'en portèrent pas à cause de leur extrême pauvreté.

Dans le courant de l'année 86, je fis une réclamation au sujet de la modicité du prix de la pension et il fut arrêté qu'elle serait payée à l'avenir à raison de 400F.

Je fus en peu de temps entré dans la méthode d'instruire les Sourds Muets, je me livrai à la recherche et sur tout ce qui pouvait intéresser l'avancement des élèves.

L'archevêque satisfait de mes travaux et de mes succès me fit espérer un traitement, mais j'ai vu 7 années se passer jusqu'à la fin de 1792 sans que j'ai rien pu obtenir.

En Septembre 1789, Sicard partit pour Paris et ne revint qu'à la fin de décembre, de l'Epée termina ses jours dans le mois de janvier 1790 et en février suivant Sicard fut appelé pour le remplacer. Je restais seul instituteur et économe de cet établissement. »

 

Une date mémorable :

Le 11 septembre 1789, les députés de l'Assemblée Constituante, réunis pour délibérer sur le droit de veto accordé au roi Louis XVI, se répartissent spontanément de part et d'autre du président : à gauche, les opposants au veto, à droite les partisans du roi. 

Le 12 septembre 1789, Jean Paul MARAT sort son premier numéro du « Publiciste Parisien » qui deviendra « l'ami du peuple » , et, dans la Salle du Musée de Bordeaux, le samedi 12 et le mardi 15 septembre 1789, exercices que soutiendront des sourds et muets de naissance dirigés par l'Abbé SICARD, instituteur royal sous les auspices de Mgr Champion de Cicé, Archevêque de Bordeaux, garde des Sceaux de France, avec la participation de Jean de Saint Sernin et Jean Massieu.

 

Règle du jeu : le public pose ses questions correspondant aux programmes scolaires par écrit sur des planches noircies ou par le truchement en signes de l'instituteur ; les sourds-muets répondent directement par écrit sans aide.

 

20 élèves présents

Louis ROMEGOUS, fils d'un notaire de Bordeaux

Eugénie CONTE, fille aînée du fameux corsaire bordelais Jacques Conte

Jean LEUDE de Montferrant, Jean ALBERT de Saint Macaire, Pierre FOURCADE de Tabanac , Jeanne MANO du Barp, diocèse de Bordeaux

Blanche, Jeanne et Jean MASSIEU, de Semens en Bénauge

Antoine DEVEAU de La Réole, Jean DUPIOL de Mazeilles, diocèse de Bazas

Louis et Catherine BAUDONNET, de Marignac, diocèse de Rieux

Hilaire et Jean PERCY de Fromeville, diocèse de Nancy en Lorraine

Marcellin COL de Casteljaloux

Guillaume BARBOT de Pons, diocèse de Saintes

Jean BARBOT de Pau en Béarn

Julie SAISSET d'Alzone, diocèse de Carcassonne

Beziat de l'Amée, de Castelnaudary

 

Contributeurs

L'abbé Sicard, M Saint-Sernin, 3 familles aisées, Champion de Cicé et des vicaires généraux, un curé, l'évêque de Bazas, l'évêque de Carcassonne, le premier président du Parlement, M de Spens de Lancre président à mortier, le Musée de Bordeaux, une société philanthropique, le Cercle de Tourny, une société de bienfaisance, des dames nobles, une demoiselle de 10 ans, le président d'une société littéraire, une société de négociants (2000 F), d'autres personnes anonymes.

 

Programmes scolaires

                sous la responsabilité de Saint Sernin

ALPHABET écrit et manuel

GRAMMAIRE

CALCUL

GEOMETRIE ELEMENTAIRE

SPHERE

DIVISION du TEMPS

MESURE des CORPS ETENDUS (ancien système de mesures)

GEOGRAPHIE

Des ETRES en général

De l'HOMME

               sous la responsabilité de l'Abbé SICARD

De la RELIGION

du Monde

de Dieu

des ESPRITS

Péché originel

Etat du monde depuis la création jusqu'au Déluge

Etat du monde depuis le Déluge

Arrivée des Juifs dans la terre de Chanaan

Etat du monde depuis Jesus-Christ

 

Le tout publié à Bordeaux par l'Imprimerie de Michel RACLE en 1789

et largement diffusé en France, surtout à Paris, par l'abbé Sicard pour se faire valoir et obtenir de succéder à l'Abbé de l'Epée,

ce qu'il obtiendra facilement grâce à la prestation de Jean MASSIEU.

 

Collecté par Jean Paul COLLARD au profit de ses Causeries (les originaux sont disponibles)

10/08/2015