Mairie de Semens

Galerie de portraits : «  1750_1850, des sourds en première ligne ! »

 

Il ne s'agit pas d'amuser la galerie, mais de faire entrer dans l'Histoire des personnages sourds méconnus, oubliés, alors qu'ils ont marqué leur époque : Les 18e et 19e siècles, à cet égard, ont été exceptionnels. Des sourds géniaux ont profité de l'engouement des scientifiques et des politiques les concernant pour se positionner dans le monde nouveau. Des entendants leur ont mis le pied à l'étrier et ils sont partis au galop, ils se sont lancés à l'assaut de la société avec le minimum de bagages requis pour mener des carrières diverses avec toujours le souci que ça puisse servir à tous les sourds en général.

Sortons de la légende orchestrée par les entendants, de la bienfaisance charitable, du misérabilisme du « moi, pauvre sourd ! », à cette époque ils sont devenus des hommes à part entière, intégrés dans la société et non à sa charge. Je vais vous le prouver avec quelques portraits que j'ai choisis de brosser parmi les premiers élèves de l'école de Bordeaux, puis d'autres écoles.

 

Vous commencez à connaître beaucoup mieux Jean Massieu, le personnage central de mes causeries, mais il n'est pas le seul ! Ses camarades de classe, ses élèves, ses amis se sont fait remarquer par leurs talents. Malheureusement, ils n'ont pas beaucoup écrit et n'ont laissé que très peu de traces. Il a fallu remuer ciel et terre pour les retrouver, les faire revivre ... ils sont petit à petit devenus mes enfants !

 

Quelle est ma méthode ?

C'est un peu celle du chercheur d'or : d'abord déterminer où il est possible d'en trouver, analyser l'environnement, repérer les traces, faire des prélèvements, des recoupements, commencer l'exploitation des renseignements pour remonter jusqu'au filon avec quelques chance de réussite. C'est aussi une véritable enquête policière, de longue haleine, mais quelle satisfaction quand avec un simple portrait-robot, le personnage se dessine petit à petit, prend corps, se dévoile complètement.

 

Quels sont mes outils de travail ?

1 une formation préalable avec une bonne connaissance de ce milieu spécial

2 une bonne pratique de l'informatique et des bases de données, des archives

3 une spécialisation en généalogie

4 beaucoup de patience et de rigueur « labor improbus omnia vincit : un travail acharné vient à bout de tout » !

 

Le premier sourd dont je vais tirer le portrait est Marcellin COL à partir d'une toute petite information officielle : il figure dans la liste des premiers élèves de l'école de Bordeaux, signalé comme étant le premier interne en 1785, originaire de Casteljaloux … c'est tout !

Qui connaît Marcellin COL ? Personne, ou presque !

 

Il a fallu tout reprendre à la base :

 

> recherches dans les archives locales et sur Internet … premier élément positif : la famille COL existe bien à Casteljaloux, une usine y a été créée en 1829 par Col et fils.

> recherches dans une base de données généalogiques bien documentée, www.geneanet.org … second élément positif : il y a des descendants de cette famille qui s'en préoccupent.

> contacts directs avec ces personnes … il y aurait bien un certain Volény Col, probablement parent d'un sourd qui aurait été en relation avec l'Abbé de l'Epée.

> analyse des données … il y a plein d'incohérences, mais la piste est bonne.

> 2 membres éminents de cette famille qui ont récupéré le lourd dossier constitué par un de leurs ascendants essaient de le structurer. Ils me font confiance et m'en fournissent une copie, ce qui me permet d'y situer un Marcellin Col avec beaucoup de points d'interrogation, car Marcellin est un surnom pour le différencier de son frère aîné qui porte le même prénom: Nicolas.

> C'est le point de départ d'une recherche dans l'état civil et petit à petit le personnage se précise avec ses ascendants et ses descendants … c'est l'illumination, tout s'explique et je découvre un homme exceptionnel dans un environnement incroyable.

 

Je vous laisse le découvrir dans le portrait suivant, complètement inédit :

 

                      Marcellin Col, le premier PDG sourd.

 

Remarque : L'étude des relations à l'intérieur de sa famille m'a réservé des surprises, car j'y ai retrouvé Marie Lerat de Magnitot, l'élève de Jacob Rodrigues Pereire, et Volney COL un directeur de l'INJS Paris qui a travaillé avec Eugene Pereire : un siècle d'histoire des sourds entre 1780 et 1880 !

 

D'autres portraits suivront qui vous feront découvrir des aspects inédits de la vie bordelaise : ce que les corsaires Jacques Conte et Jacques Canon avaient en commun, la Commune Franklin et le Bec d'Ambes, les sœurs de la charité et Cadillac, les Pereire … ainsi que de la vie parisienne, aveyronnaise, lilloise etc .

Je ne veux pas tout dévoiler pour vous en laisser la surprise !

 

(à suivre)